Atelier de lancement du Projet Régional – CBSP- Partenariats pour la conservation de la biodiversité : Financement durable des systèmes d'aires protégées dans le bassin du Congo

undp-cmr-bassincongo

L’atelier de démarrage du Projet régional « CBSP-Partenariat pour la conservation de la biodiversité-Mécanismes de financement durable des aires protégées du bassin du Congo-PIMS 3447 » s’est tenu du 07 au 09 juin 2017, à Douala au Cameroun. Organisé par la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC), avec l’appui financier du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) à travers le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).

L’objectif général de cet atelier de lancement était d’informer les participants sur les objectifs et les résultats attendus de la mise en œuvre du projet, le rôle et les responsabilités de toutes les parties prenantes au Projet Régional ainsi que les mécanismes à mettre en place en vue d’optimiser l’atteinte des résultats à travers entre autres, une coordination régionale et une équipe technique efficaces avec des déclinaisons nationales (équipes nationales).

Y ont pris part, environ soixante-dix participants représentant la COMIFAC, le PNUD, le Ministère des Forêts et de la Faune de la République du Cameroun, les ministères en charge des forêts et de l’environnement ainsi que les Coordinations Nationales COMIFAC du Congo, du Gabon, de la Guinée Equatoriale, de la République Centrafricaine, de la République Démocratique du Congo, le Ministère en charge de la Coopération de la RDC, le Point Focal FEM du Cameroun, l'Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN), le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC), le Réseau des Aires Protégées d’Afrique Centrale (RAPAC), la Conférence sur les Ecosystèmes Denses et Humides d’Afrique Centrale (CEFDHAC), le Projet Régional REDD+, le Programme de Promotion de l’Exploitation Certifiée des Forêts (PPECF), le Réseau d surveillance du Commerce de la faune et de la flore sauvage (TRAFFIC), l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), la Société pour la Conservation de la Vie sauvage (WCS), le Fonds Mondial pour la Nature (WWF), la Fondation Odzala-Kokoua (FOK), l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA), la Fondation pour la vie sauvage africaine (AWF), le Centre régional d’enseignement spécialisé en Agriculture, CRESA Forêts Bois…

Présidée par Monsieur Joseph LEKEALEM, Directeur de la Faune et des Aires Protégées du MINFOF, la cérémonie d’ouverture était marquée par trois allocutions : celles de Mme Fenella FROST, Représentant Résident Adjoint du PNUD au Cameroun, de Monsieur Raymond NDOMBA NGOYE, Secrétaire Exécutif de la COMIFAC, et du Directeur de la Faune et des Aires Protégées, représentant de Monsieur le Ministre des Forêts et de la Faune du Cameroun.

Les sessions et points suivants de l’agenda ont fait l’objet des communications : (i) le contexte et l’objectif du projet ; (ii) les liens entre le projet et d’autres initiatives dans la sous-région et d’ailleurs ; (iii) la revue critique de la situation nationale des pays bénéficiaires du projet vis-à-vis de la gestion et du financement des aires protégées ; (iv) la première session du Comité de Pilotage régional ; (v) les enjeux de mise en œuvre du projet ; (vi) la feuille de route et le Plan de Travail et Budget annuels 2017.

Ces communications ont mis en exergue les principaux changements qu’a connus le projet depuis la soumission originale au FEM (août 2008 puis février 2009), de même que la nécessité d’actualiser la situation de base contenue dans le document du projet, la reformulation des indicateurs et sa prise en compte dans la planification de ses activités. Entre autres changements majeurs constatés, l’on peut citer le retrait de certains partenaires du projet, ce qui  a entrainé la réduction de 75% du budget en termes de cofinancements attendus ramenant son budget à la seule contribution majeure du FEM qui est de 8,18 millions de dollars américains. Cette situation nécessite à cet effet une analyse approfondie de la situation des pays en matière de financement des aires protégées et du recadrage du projet pour tenir compte des évolutions et des acquis d’autres projets mis en œuvre ou en cours (PACEBCO, TRIDOM, projet TNS…).

Les participants ont, au terme des travaux, réitéré leur remerciement au FEM, au PNUD et à la COMIFAC pour les appuis ayant permis l’organisation et la tenue de cet Atelier.

Les Participants ont enfin remercié le Gouvernement de la République du Cameroun pour l’hospitalité et les facilités multiformes accordées pour la tenue de l’atelier.