Wala Matari en formation sur la vaccination du bétail

« La pire expérience de ma vie est ce que j’ai vu pendant les deux années où mes enfants et moi-même avons été otages de Boko Haram», Wala Matari, ancienne otage de Boko Haram, raconte ses pires moments avec les extrémistes violents.

Wala Matari, 29 ans, est mariée à Kalazavi Wandala (35 ans) et a six enfants. Elle est originaire de Zelevet à Mayo Moskota, dans la région de l'Extrême-Nord du Cameroun, où elle et ses six enfants ont été pris en otages par le groupe terroriste Boko Haram à Grato-Bongari au Nigéria. Là-bas, ils ont vécu ce qu’elle qualifie de « deux années les plus terribles » de leur vie. Aujourd'hui, avec ses enfants, elle a retrouvé le reste de sa famille et campe à Zamai, une communauté d'accueil de personnes déplacées dans l'extrême nord du Cameroun.

« C'était un mercredi soir de septembre 2014, j'ai entendu des coups de feu et vu des gens courir. Mon mari et moi avons réalisé que c’était Boko Haram. Mon mari s'est échappé et j'ai rapidement habillé mes quatre garçons en filles, car leur objectif était de tuer ou d’enlever tous les hommes. Quand ils sont arrivés et se sont rendu compte que j’ai déguisé mes garçons en filles, ils m'ont battu tellement fort que j'ai fait une fausse couche à quatre mois de grossesse. Ils nous ont emmenés dans un village avec mes six enfants, où j'ai vécu les moments les plus terribles de ma vie. Nous avons prétendu être musulmans et avons commencé à prier Allah. Devant nous, ils ont décapité ceux qui résistaient et qui tentaient de s'échapper. Toujours devant moi, ils ont décapité mon frère aîné et ses sept fils, sous les yeux de son épouse, qui, traumatisée, est décédée quelques mois plus tard. Nous avons vécu en plein air, exposés au soleil et à la pluie pendant deux ans. Nous avons moulu du maïs sur des pierres que nous avons ensuite cuisinées.

 

Matari se prépare pour son travail quotidien

 

Une nuit fatidique, des soldats camerounais ont attaqué notre zone. J'ai rapidement rassemblé mes enfants et, avec l'aide des soldats, nous nous sommes enfuis à Muskuta, dans le comté de Musogo, où j'ai appris par la suite que mon mari vivait, en temps que déplacé. Nous avons ensuite été amenés ici, où d'anciens otages et des déplacés sont installés ».

Grâce au soutien du Japon, le PNUD a identifié la famille de Wala Materi aux côtés de 150 autres jeunes femmes et hommes vulnérables pour recevoir une aide dans le domaine du relèvement rapide. Wala a bénéficié de l’initiative « Cash for Work » (travail contre rémunération) du PNUD, de qui lui a permis de subvenir aux besoins de son foyer, d’envoyer ses enfants à l’école et de se lancer dans la production et la vente de bière de maïs appelée localement « bilibili ».

Sur la base des économies réalisées grâce à l’initiative « Cash for Work », Wala Matari a également développé un intérêt pour l’élevage. Elle est actuellement en formation dans ce domaine. Après la formation, le PNUD a l'intention de lui fournir un soutien financier supplémentaire pour lui permettre d’acquérir du bétail.

« Mon moment le plus heureux est lorsque je suis bien habillé le dimanche et que mes enfants et moi chantons et dansons dans l'Église catholique », conclut Matari.

Matari répondant à une question sur l’élevage pendant la formation

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Cameroun 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Eswatini Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye

M

Macédoine du Nord Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe