Les femmes partenaires d’une économie durable

9 mars 2017

« En plus d’être répréhensible sur le plan moral, le fait de ne pas respecter les droits des femmes et des filles a de graves répercussions sur les plans économique et social, qui sont contraires à l’intérêt commun. L’égalité des sexes est porteuse de changements essentiels au bon fonctionnement des collectivités, des sociétés et des économies. » Secrétaire Général des Nations Unies, S.E. António Guterres

Les femmes du Cameroun se joignent aujourd'hui à la communauté internationale pour commémorer la 32e édition de la Journée internationale de la femme (JIF) célébrée le  8 Mars chaque année. La célébration de cette année, consacrée au thème : « Les femmes dans un monde du travail en mutation : Planète 50/50 d'ici 2030 », vise à sensibiliser et à attirer l'attention internationale sur les défis auxquels les femmes sont confrontées dans le secteur de l'emploi.

Les femmes dans le monde entier font face à la discrimination dans leur carrière professionnelle ce qui limite leurs aspirations de carrière à certains domaines d’activité économique, censés être réservés uniquement aux hommes. Ceci explique pourquoi les femmes dans notre contexte ont été reléguées pour la plupart au secteur informel qui produit très peu de revenus et contribue au minimum au développement socio-économique du pays.

Comme on l'a observé dans certaines cultures Camerounaise, les femmes n'ont toujours pas l’accès facile à une éducation de qualité. Les femmes demeurent marginalisées quant au volume et la qualité de l’emploi ; elles sont moins actives que les hommes (64% contre 74%) ; plus affectées par le chômage et le sous-emplois (79% contre 63%). Ces défis découlent de croyances ancestrales et de valeurs qui se sont développées génération après génération en affirmant que les femmes ne devraient pas avoir accès à l'éducation, diminuant ainsi leurs chances d'acquérir les compétences nécessaires pour les exposer à des carrières appropriées sur le marché du travail.

Selon le Rapport national sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement publé en 2015, les objectifs fixés en matière de promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes à l’horizon 2015 au Cameroun n’ont pas été atteints, bien que les tendances soient en hausse. Pour ce qui est de l’accès des femmes aux emplois stables, le nombre de femmes exerçant dans le secteur informel a baissé entre 2001 et 2014. Pour la première fois dans l'histoire de la politique camerounaise et celle de l'Assemblée nationale en particulier, 56 (31.11%) femmes représentent plusieurs parties politiques et circonscriptions au Parlement camerounais sur 180 membres en total. Il s'agit d'une augmentation spectaculaire de 31 femmes de plus de 25 femmes dans la dernière Assemblée.

L’ONU a de nouveau élaboré un plan de développement de 15 ans intitulé « développement durable à l’horizon 2030 » aussi connu sur le nom des Objectifs de Développement Durable (ODD). Le 5ème objectif du développement durable appelle spécifiquement l'égalité entre les sexes et l'autonomisation de toutes les femmes et des filles, ce qui est essentiel pour la réalisation de l'ensemble des 17 objectifs du développement durable.

Lors de son premier discours à l'occasion de la Journée mondiale de la femme, le secrétaire général des Nations Unies, M. António Guterres, a souligné que : « malgré quelques progrès, ce sont les hommes qui occupent presque toutes les positions de pouvoir, et l’écart économique entre hommes et femmes est en train de se creuser, sur fond de mentalités arriérées et de machisme ambiant. Cela ne peut plus durer et nous devons donner aux femmes les moyens d’agir à tous les niveaux et leur permettre de faire entendre leur voix et de maîtriser leurs propres vies et l’avenir de la planète ».

Il a insisté sur la nécessité pour les femmes de participer pleinement à la population active de chaque pays, car cela crée des opportunités pour elles et contribue à la croissance. Il révèle également que la réduction de l'écart entre les sexes en matière d'emploi pourrait augmenter 12 milliards de dollars au PIB mondial d'ici à 2025. Ainsi, l'augmentation de la proportion de femmes dans les institutions publiques les rend plus représentatives, novatrices et améliore la prise de décision.

Selon le message de Mme Helen Clark, Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement à l’occasion de cette Journée internationale des femmes, Il est nécessaire de combler le fossé existant entre les hommes et femmes en termes de différences salariales et de types de postes occupés « l'écart salarial entre hommes et femmes perdure, les femmes percevant une rémunération inférieure de 24% à celle des hommes. Les femmes ont deux fois moins de chances d'avoir un emploi à temps plein que les hommes. Les femmes sont surreprésentées dans le secteur du travail précaire et informel. Elles sont souvent privées de protection sociale et une minorité d’entre elles, seulement 22%, occupent des postes à responsabilité au sein des entreprises ».

Face à ces défis, elle interpelle les parties prenantes à un rassemblement mondial pour soutenir les droits des femmes à une éducation de qualité et un libre choix pour leurs aspirations professionnelles « L'heure est donc venue d'éliminer les obstacles à l'égalité entre les sexes dans le monde du travail et dans d'autres domaines » note Mme Helen Clark. Le gouvernement et le secteur privé doivent promouvoir la participation et l'avancement des femmes dans le secteur technologique et créer des opportunités d'emploi pour que les femmes aient les mêmes opportunités que les hommes.