Education civique et insertion des jeunes

29 févr. 2016

Le climat d’insécurité qui prévaut dans la région de l’Extrême Nord du Cameroun asphyxie les secteurs clés de l’économie locale, dont les effets nuisibles se font sentir sur la santé, l’alimentation, la nutrition, les services sociaux de base et l’environnement. De plus, le flux de réfugiés et personnes déplacées internes (PDI) qui, mis à part les bouleversements provoqués dans le paysage ethnoculturel et social des communautés, exerce une pression supplémentaire sur un écosystème déjà fragile et aux limites de sa capacité. Le processus de dégradation de l’environnement et d’épuisement des ressources de ces régions s’en trouve accéléré, ajoutant à l’impact des cycles récurrents d’inondations et sécheresses, lesquels semblent augmenter en fréquence et sévérité avec les changements climatiques.

Parmi les populations les plus touchés par la crise sécuritaire et humanitaire qui prévaut dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun, on trouve les jeunes de 18 à 35 ans. Selon les projections démographiques du bureau central de recensement et des études des populations, ces jeunes forment plus du tiers de la population de la région de l’Extrême-Nord.  Et pourtant, comme l’a relevé Najat Rochdi, Représentant Résident du PNUD, « la jeunesse camerounaise dispose d’une énergie et d’un potentiel sans précédent en tant qu’agents de changement social qu’il faut absolument savoir saisir et canaliser ». C’est pourquoi, il est important de sensibiliser, former et outiller  en urgence les jeunes dans leur rôle de « garants » de l’avenir de notre pays, dépositaires de l’espoir et de la perspective du Cameroun émergent  en 2035.

Dans le but de sensibiliser les jeunes à œuvrer pour maintenir la sérénité et la quiétude procurées par la vie dans un environnement paisible où règnent la tolérance, l’acceptation libre des lois et règlements, le Ministère de la Jeunesse  et de l’Education Civique (MINJEC), en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) a organisé à Maroua du 24 au 26 février 2016, un atelier d’élaboration du plan d’action stratégique d’intensification de l’éducation civique et de l’insertion des jeunes.

Cet atelier a donné l’occasion de rassembler plus d’une centaine de jeunes de la région de l’Extrême-Nord qui pendant les échanges ont fait part de leurs aspirations et de leurs besoins Le Ministre de la jeunesse et de l’éducation civique, M. Mounouna Foutsou, a saisis l’opportunité de ce grand rassemblement pour exhorter les jeunes à mutualiser leur expertise afin de contribuer davantage à la transformation des mentalités et éradiquer le cancer social du Cameroun qu’est l’incivisme