Le PNUD aide les riverains à récupérer leurs terres après l’explosion du Lac Nyos

Che Ephraïm, un survivant de l'explosion

Che Ephraïm, âgé de quarante-cinq ans, se rappelle très bien de cette nuit du 21 août 1986 où la catastrophe a frappé son village. "J'ai perdu plus de 21 membres de ma famille et tout notre bétail après l'explosion du lac Nyos,» dit-il, se référant au lac de cratère situé dans la Région de Menchum  dans le Nord-Ouest du Cameroun, l'un des trois lacs soi-disant «explosif» dans le monde. Les autres sont Monoun, également au Cameroun, et le lac Kivu au Rwanda.

Le lac n’ayant pas de débouchés, l'eau stagne  et le gaz n'avait aucun moyen de s'échapper naturellement dans l'atmosphère. L'accumulation de gaz a entraîné une explosion qui a diffusé des quantités toxiques de dioxyde de carbone dans l'air.  1.700 personnes y ont perdu la vie,  10.000 ont été forcées de se déplacer, 3000 têtes de bétail ont été perdues.

A retenir

  • 1700 personnes ont perdu la vie pendant l'explosion du lac Nyos et 10 000 personnes ont été forcées de se déplacer
  • Avec l'installation des nouvelles colonnes de dégazage du lac, les populations pourront bientôt retrouver leurs terres
  • Un système d'alarme a été installé et des équipes de surveillance ont été mises en place et sont prêtes à agir en cas de menace

Aujourd’hui, les communautés vont enfin pouvoir retourner sur leurs terres autour du lac Nyos, et commencer à reconstruire leur vie.

Le PNUD en collaboration avec l'Union européenne, le Ministère de l’Economie, de l'Administration Territoriale et de la Décentralisation et le Ministère de la Recherche Scientifique et de l'Innovation, s’efforce de rendre le lac assez sûr pour permettre aux populations de revenir dans la région.  Un dispositif qui assure le dégazage du lac a été mis en place, il est accompagné d’un système d’alarme performant qui permet aux équipes de surveillance d’êtres alertés en cas de menace.

Activités spécifiques:

30 acteurs de 7 camps ont été formés sur l'administration des premiers soins ;

Une zone de sécurité a été identifiée et délimitée autour du Lac Nyos ;

Un plan de sensibilisation et d'information pour la population a été élaboré et mis en œuvre, pour garantir la participation et l'adhésion de la population et de la société civile aux activités de réinsertion ;

Avec une contribution de 2,4 millions US $, nous avons acheté deux colonnes qui ont été installés au fond du lac. Grâce à un processus appelé dégazage, les tuyaux permettent une libération sécuritaire et contrôlée du dioxyde de carbone dans l'atmosphère, en évitant le genre de montée en pression qui a provoqué l’explosion du lac.

Ces deux colonnes s’ajoutent à la première colonne de dégazage installée dans le lac en 2001, grâce à un effort  conjoint du Gouvernement du Cameroun, de l’Institut de la Recherche Géologique et Minière et le soutien de partenaires au développement.

« Avec les trois colonnes de dégazage, le lac Nyos sera totalement sécurisée en deux ans » a déclaré un expert de l'Institut des pays de Recherches Géologiques et Minières. Le gouvernement n'a pas encore autorisé les populations de s’installer sur le site parce que ce dernier n’est pas encore sécurisé, mais elles ont progressivement recommencé à faire des champs dans la zone, notamment en raison de son sol volcanique fertile. Elles espèrent également redémarrer l'élevage, la pêche, l'agriculture et l'élevage, des activités qu'elles ne pouvaient pas mener dans la localité depuis les 26 dernières années. 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Cameroun 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe