Aspects Droits de l’homme dans la réponse au VIH/Sida au Cameroun

Justification et objectifs du projet

Les efforts consentis par l’ensemble des acteurs ont permis de réduire significativement la prévalence du VIH au sein de la population générale entre 2004 et 2011 qui est passé de 5,5% à 4,3%. Cependant, le fléau continue d’avoir des conséquences considérables sur le développement humain dans son ensemble. L’évaluation du plan stratégique national 2006 – 2010 a ressorti des insuffisances dans la  prise en compte de façon spécifique et systématique des questions de Genre et des Droits Humains dans la stratégie globale de riposte à cette infection. Ce qui a favorisé l’augmentation de la vulnérabilité des femmes et des populations les plus exposées aux risques, notamment  les minorités sexuelles. Selon les résultats de l’EDS – IV (2011, la séroprévalence chez les femmes tourne autour de 5,6 % contre 2,9 % chez les hommes. En 2011, une étude intégrée de surveillance comportementale et biologique chez les HSH réalisée à Yaoundé et à Douala révèlent que la prévalence du VIH est de 37,2%, plus de 8 fois la prévalence au sein de la population générale. A cet égard, dans le plan stratégique 2011 – 2015 de lutte contre le Sida et les IST, le Gouvernement entend apporter un certain nombre d’innovations telles :

  1. la prise en compte des aspects Genre et Droits Humains dans les actions à mener; 
  2. le ciblage des actions de prévention sur les couches vulnérables et les populations les plus exposées au risque et 
  3. l’amélioration qualitative et quantitative de la prise en charge globale des personnes infectées et affectées, afin d’infléchir la tendance de l’épidémie.

C’est ce qui justifie l’appui du PNUD au Gouvernement pour la mise en œuvre de ces innovations à travers ce projet.

Ce projet a pour objectif de promouvoir les droits humains liés au VIH au sein des groupes vulnérables et des populations les plus exposées au risque d’infection dans les villes Maroua, Bertoua, Bamenda, Douala et Yaoundé  et de  réduire l’impact du VIH et du Sida au sein de ces groupes 

Zones d'intervention du projet

Le projet d’une durée de 18 mois (Juillet 2012 – décembre 2013) est mis en œuvre dans les villes de Maroua, Bertoua, Bamenda, Douala et Yaoundé

Par qui est financé le projet



Nom du Bailleur Contribution
HIV Thematic Trust Fund (TTF) 70 000USD
Programme des Nations Unies pour le Développement 30 000USSD
Coût total du projet 100 000USD

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Cameroun 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe