Changer d'Habitudes, s'Opposer à la Corruption (CHOC)

Contexte et justification

La corruption constitue un des défis majeurs pour le Cameroun. Elle touche tous les niveaux de la société et tous les secteurs d’activité.

Après un processus de consultations (établi en 1998), l’observatoire national de lutte contre la corruption et les cellules ministérielles de lutte contre la corruption n’ont pas eu d’impact significatif sur le niveau de corruption.

La décision politique de lancer le projet Changer d’Habitudes, s’Opposer à la Corruption (CHOC) faisait suite d’une part à l’importance des enjeux de l’amélioration de la gouvernance au Cameroun compte tenu de la disposition du pays dans les divers classements des institutions (Banque Mondiale) et des ONG internationales (Transparence Internationale) et d’autre part, de la volonté du Gouvernement à lutter contre le phénomène.

Objectifs

Initié par la signature d’une convention en 2007 entre le Cameroun et ses partenaires de développement, le projet CHOC qui s’insère dans le cadre du Programme National de Gouvernance sous la coordination des services du Premier Ministre, a pour objectif principal de contribuer à une réduction significative de la corruption au Cameroun à travers un appui à la mise en œuvre des projets décrits dans la composante « politique et lutte contre la corruption » du Programme National de Gouvernance (PNG).

Résultats attendus



La nouvelle orientation qui constitue la phase 2 du projet CHOC se focalise sur l’accompagnement des différentes parties prenantes dans la mise en œuvre de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption et dans l’application de tous les dispositifs juridiques relatifs à la lutte contre la corruption.

Les résultats escomptés du projet CHOC se déclinent ainsi qu’il suit :

  • La CONAC assume la gestion, la coordination et le suivi de la mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre la corruption et l’application de la convention des Nations Unies contre la corruption et d’autres mécanismes internationaux ;
  • Le Gouvernement, sous la coordination du Premier Ministre, s’approprie et met en œuvre la stratégie de développement du pilier exécutif et les stratégies sectorielles de lutte contre la corruption ;
  • Les acteurs du système judiciaire, y compris les  ILCC et le Contrôle supérieur de l’Etat s’approprient l’ensemble des dispositions stratégiques et juridiques de lutte contre la corruption, s’assurent de l’efficacité de la chaine pénale, de l’investigation au recouvrement des avoirs en passant par la condamnation et l’exécution des peines ;
  • Les autres piliers du système national d’intégrité, tels que décrits dans la stratégie nationale de lutte contre la corruption se développent dans leurs missions de garants et de gardiens de l’intégrité aux niveaux national, régional et local. 

Principaux résultats atteints à ce jour

Tout au long de sa première phase (2007-2011), le projet CHOC a apporté un appui technique et financier à l’élaboration de la Stratégie Nationale de Lutte contre la Corruption et a sa mise en œuvre ; à l’élaboration d’un avant-projet de loi anticorruption qui a été transmis au Gouvernement ; aux Organisations de la société civiles impliquées dans la lutte contre la corruption dans la réalisation de leurs activités ; il a renforcé les capacités de la Commission Nationale Anti-Corruption (CONAC) et des cellules nationales de lutte contre la corruption.

Le paysage sociopolitique de la lutte contre la corruption a évolué à plusieurs égards : la CONAC et d’autres institutions de lutte contre la corruption sont budgétisés et opérationnelles ; avec l’existence de la stratégie nationale de lutte contre la corruption, le Cameroun dispose désormais d’une politique et d’un cadre d’actions cohérentes en matière de lutte contre la corruption ; la nécessité et l’urgence de renforcer le système judiciaire dans le cadre du traitement des infractions économiques et financières a été exprimée par le MINJUSTICE ; la spécialisation et la mise à réseau des organisation de la société civile œuvrant dans lutte contre la corruption se concrétisent progressivement ; etc.

Compte tenu de ce que les efforts de lutte contre la corruption et les réalisations obtenues par le projet CHOC doivent être soutenus pour espérer une réduction significative et durable du phénomène d’ici 2015, le rapport d’évaluation a proposé une extension du projet CHOC pour une période correspondant à la mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre la corruption. Cette recommandation a été approuvée le 6 juillet 2011 par le comité de pilotage du projet.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Cameroun 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe